Synthétique

De Les Archives de Vault-Tec
Aller à : navigation, rechercher
Synthétique
Fo4 rendu synthétique composition.jpg
localisation Commonwealth
Terres désolées de la Capitale
affiliation L'Institut

Les synthétiques, ou humanoïdes synthétiques, désignent les intelligences artificielles conçues par l'Institut pour ressembler, fonctionner et se comporter comme les humains. Ils se déclinent sous de nombreux modèles, du squelette métallique de première génération au modèle plus avancé de troisième génération, impossible à différencier d'un humain.[1]Ils sont découverts dans les Terres désolées de la Capitale en 2277 et dans le Commonwealth et l'Île des Monts Déserts en 2287.

Histoire

Les synthétiques, créés par l'Institut, sont des cyborgs conçus pour ressembler aux humains. Ils sont divisés en trois générations en fonction de leur complexité.

  • Les synthétiques de première génération, les plus anciens, sont des androïdes purement robotiques, représentations grossières d'êtres humains, pas plus intelligents que des Protectrons standards et semblables à de vulgaires squelettes métalliques garni d'organes mécaniques et de muscles hydrauliques.
  • Similaires dans l'apparence à leurs prédécesseurs, les synthétiques de deuxième génération sont cependant plus solides. Ils sont recouverts par une matière plastique semblable à de la peau, surmontant un fin treillis de métal entourant lui-même le squelette mécanique principal. Bien que plus ressemblant aux êtres humains, les synthétiques Gen-2 possèdent une intelligence artificielle limitée et sont plus proches physiquement d'un mannequin de plastique que d'un humain réel.
  • Les synthétiques de troisième génération, derniers connus à ce jour, représentent le summum de la technologie de l'Institut. Disposant d'un organisme biomécanique, ils sont capables de respirer, de saigner, de consommer, et de ressentir des émotions et des sensations. Indiscernables des êtres humains réels, ils incarnent donc des intelligences artificielles au sens propre. Ils restent cependant "programmables" et peuvent être manipulés à l'aide de commandes vocales appropriées.

Nick Valentine et DiMA sont des synthétiques pour le moins unique, tous deux ayant été conçus comme des prototypes destinés à combler le fossé entre la deuxième et la troisième génération de synthétiques. Mais là où la personnalité de DiMA a été conçue de manière à se développer en fonction de son expérience, celle de Nick a été construite sur le modèle d'un détective d'avant-guerre dont la mémoire fut encodée, avec son accord, offrant à Nick tous les souvenirs et les expériences de son ancêtre humain. Les deux synthétiques ont fui ensemble l'Institut, mais à cause de l'espace limité de leur cerveau encore en prototype, le souvenir de l'évasion fut effacé de l'esprit de Nick. Il cru ainsi avoir été volontairement envoyé par l'Institut. DiMA, de son côté, voyagea vers l'Île et trouva le refuge de synthétiques d'Acadia avec Faraday. Alors que DiMA atteignait les limites de l'espace qu'offrait son prototype de cerveau, il parvint à augmenter artificiellement sa capacité mémorielle en stockant ses souvenirs dans des ordinateurs.

Bien que les dates de développement de chaque génération successive restent inconnues à ce jour, les habitants de Diamond City ont rencontré pour la première fois un synthétique de troisième génération en 2229, au cours d'un incident plus tard appelé le Masque Brisé. Le synthétique, prétendant lui-même se nommer Mr. Carter, n'était en fait qu'un prototype de synthétique envoyé sur le terrain pour des tests sans l'approbation du directeur de l'Institut. À cause du massacre qui s'ensuivit, et malgré le fait que l'Institut n'ait pas directement eut l'intention de faire du mal aux habitants de Diamond City, ces derniers éprouvent depuis ce jour à la fois crainte et hostilité pour les synthétiques et leurs créateurs de manière générale.

En 2277, au moins un synthétique de troisième génération connu voyage jusqu'aux Terres désolées de la Capitale après être devenu complètement conscient de lui-même et s'être échappé de l'Institut. Avec l'aide d'une organisation clandestine appelée le Réseau du Rail, il voit son apparence et sa mémoire altérées, et devient même plus tard chef de la sécurité de Rivet City. De tels incidents de synthétiques évadés surviennent à de multiples reprises jusqu'en 2277, date de la création du Bureau de Rétention des Synthétiques. De nombreux chasseurs traquent alors les synthétiques rénégats jusque dans les recoins les plus reculés des terres désolées.

Bien des habitants du Commonwealth sont devenus paranoïaques et méfiants au sujet des synthétiques, craignant d'être enlevés par l'Institut puis remplacés par des copies identiques d'eux-mêmes. Leur paranoïa est cependant justifiée, dans la mesure où la plupart des synthétiques sophistiqués découverts agissaient comme des espions et pouvaient tromper les plus crédules. Il existe plusieurs cas de citoyens du Commonwealth ayant été réellement tués et remplacés par des synthétiques dupliqués, avec lesquels le joueur peut interagir dans le cadre de missions pour l'Institut s'il décide de le rejoindre.

Les créateurs des synthétiques à l'Institut ne voient ces derniers que comme des machines et les traitent comme des esclaves. À ce titre, le Réseau du Rail s'est engagé à libérer les synthétiques de Gen-3 de leurs maîtres et à les extraire clandestinement du Commonwealth, là où l'Institut ne pourra pas les atteindre. À l'inverse, la Confrérie de l'Acier a juré d'éliminer tous les synthétiques, prétendant que toute machine capable de penser comme un humain est une aberration de la technologie.

La plupart des synthétiques hostiles appartiennent aux deux premières générations, et sont armés des armes laser de l'Institut. Ils sont immunisés aux radiations puisqu'ils ne comportent aucun matériau biologique dégradable. Dans un combat contre ces synthétiques, il est possible de tirer dans leurs membres pour les détacher. Une bonne solution en cas de surnombre peut être ainsi de les priver de l'un de leur bras, pour les rendre incapable d'utiliser leurs armes. Cependant, ils auront alors tendance à se ruer vers le joueur pour l'attaquer avec leur bras restant. Sans leurs jambes, ils ramperont vers le joueur pour essayer de le blesser directement avec leurs mains.

Les synthétiques de génération 1 et 2 sont évidemment moins intelligents que ceux de dernière génération, mais font preuve d'une sorte de raison consciente, comme le suggèrent leurs dialogues. Deacon déclare notamment que le niveau mental des synthétiques de Gen-1 et 2 est similaire à celui des protectrons et d'autres robots d'avant-guerre. Un débat existe ainsi au sein des membres du Réseau du Rail, pour déterminer si porter secours aux synthétiques de premières générations vaut vraiment le coup.

Les synthétiques de génération 3 sont physiquement et mentalement indistinguables des humains ordinaires, possédant des corps créés artificiellement faits de chair humaine, d'os et d'organes au lieu du plastique et du métal habituels. Comme le docteur Roslyn Chambers l'a découvert, aucun test ni aucune procédure médicale ne peut déterminer si une personne est un synthétique avant de la tuer (les synthétiques ayant infiltré les colonies vont uniquement laisser des composants synthétiques à leur mort par exemple), ou de procéder à des tests psychologiques. Comme les humains, ces synthétiques subissent les dommages balistiques. Ils ne sont cependant pas des répliques parfaites et accusent plusieurs différences clés avec les humains qui ne sont pas immédiatement évidentes : ils ne vieillissent pas, ni ne peuvent gagner ou perdre du poids (un chercheur de l'Institut remarqua cela après avoir découvert que la plupart des synthétiques de Gen-3 avait un goût prononcé pour les biscuits). Beaucoup de ces synthétiques sont intégrés aux yeux de tous dans le Commonwealth. La liste, sans être exhaustive, comprend notamment Magnolia, la chanteuse de Third Rail, et Danse, un paladin de la Confrérie de l'Acier.

Nomenclature

Les termes « androïde » et « synthétique » ont tous deux été utilisé de manière correcte jusque-là. Mais avec l'arrivée de la troisième génération, le terme « synthétique » fut officiellement choisi avec insistance par Père, considérant qu'il représente bien mieux leurs créations.[2]

Les synthétiques possèdent tous un numéro d'identification à quatre caractères.

Galerie

Apparitions

Les synthétiques apparaissent dans Fallout 3 et Fallout 4. Les deux synthétiques rencontrés dans Fallout 3, Harkness et Armitage, sont visiblement de troisième génération, les synthétiques de génération 1 et 2 n'apparaissant pas avant Fallout 4.

Références

  1. Messages d'écran de chargement de Fallout 4 : « Les synthétiques de l'Institut se déclinent sous de nombreux modèles, du squelette métallique de 1re génération au modèle plus avancé de 3e génération, impossible à différencier d'un humain. »
  2. Entrées de terminal de l'Institut : « La production de synthétiques de troisième génération suivant son cours, j'aimerais profiter de cette occasion pour officialiser notre catégorisation.
    Depuis que l'Institut existe, le terme "androïde" est utilisé comme synonyme de "synthétique". Et bien que certains des membres de notre personnel les plus âgés (le docteur Zimmer en étant un parfait exemple) préfèrent "androïde", le mot "synthétique" a toujours été le plus utilisé.
    Aujourd'hui, nos créations de troisième génération sont d'authentiques êtres de synthèse, et la désignation de "synthétique" semble plus appropriée que jamais.
    Je préfère donc dorénavant que toutes les correspondances et tous les registres officiels de l'Institut utilisent le terme "synthétique" ou "synthétiques". N'oublions sous aucun prétexte notre passé et apprécions à sa juste valeur l'héritage de l'androïde. Mais préparons l'avenir en reconnaissant la suprématie du synthétique.
    - Père »